Nos faces cachées Amy HARMON

NOS FACES CACHÉES

Ambrose Young est beau comme un dieu. On le surnomme « Hercule » c’est vous dire!

et bien que banale à en mourrir avec ses cheveux roux, ses lunettes et son appareil dentaire, Fern rêve d’Ambrose chaque jour et rêve secrètement qu’un jour il la remarquera…

Mais peut-être parce qu’il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu’à ce qu’il cesse de l’être…

Nos faces cachées, c’est l’histoire de cinq amis qui partent à la guerre.

L’histoire d’amour d’une jeune fille pour un garçon brisé, d’un soldat pour une fille ordinaire.

L’histoire d’une amitié profonde, d’un héroïsme du quotidien bouleversant.

Un conte moderne qui vous rappellera qu’il existe un peu de Belle et un peu de bête en chacun de nous, il nous suffit d’ouvrir les yeux…

nos faces cachées

Capture d’écran 2015-02-10 à 10.51.15

Pour qu’une histoire soit touchante et me marque à vie, il faut que les personnages soient authentiques, vrais.

C’est tellement le cas dans cette histoire!!!!!

J’ai refermé ce livre avec une boule au ventre. J’étais triste de les quitter! Bien que ma lecture soit rapide car je n’ai pas pu lâcher ce livre, j’ai été habitée. J’aime quand un livre me fait cet effet là, je pense aux personnages même quand je ne lis pas, je réfléchis aux fins possibles, à où veut nous emmener l’auteur….

Ça aurait pu être une histoire charmante qui me fasse juste passer un bon moment et ça a été une véritable leçon de vie, un enseignement sur l’acceptation de soi et de l’autre, sur la bêtise humaine, sur les sentiments vrais, plus forts et tenaces que les apparences, et sur l’héroïsme de gens ordinaires qui nous fait réfléchir sur l’importance des choix que l’on fait.

J’ai tout aimé du début à la fin, aucune fausse note.

Cette histoire est à découvrir, je ne veux pas trop vous en dire, j’ai attaqué ce livre sans lire le résumé, je voulait me laisser emporter et ça a été bien au delà de mes espérances.

Je peux vous promettre qu’Ambrose et Fern, Bailey, Rita, Jesse, Beans, Paul et Grant resteront tatoués sur votre coeur encore longtemps après avoir tourné la dernière page…

Capture d’écran 2015-02-10 à 11.09.07

Ambrose se demande quel effet ça lui ferait de dormir à ses côtés tout le temps. Peut-être que les nuits seraient moins difficiles. Peut-être que les ténèbres qui tentent de le consumer quand il est seul s’éloigneraient enfin, écrasées par sa lumière.

Ce n’est pas de l’amour que l’amour.
Qui change quand il voit un changement,
Et qui répond toujours à un pas en arrière par un pas en arrière.
Oh, non! l’amour est un fanal permanent,
Qui regarde les tempêtes sans être ébranlé par elles.
Shakespeare

Il y a des jours comme ça, Bailey, où on se dit qu’on n’en peut plus. Et puis on découvre qu’en fait, on peut encore avancer. Toujours. Tu es fort.Tu respires un grand coup, tu déglutis encore une fois, tu souffres encore un peu et tu trouves un second souffle.
Tout le monde est le personnage principal de quelqu’un.
C’est ça qui est bien dans l’amitié.Pas besoin d’être parfait ou de mériter quoi que ce soit. On t’aime, tu nous aimes et on sera toujours là pour toi Bailey et moi.
Le fait qu’elle et moi soyons amis est logique, puisque je ne pourrai jamais lui courir après. C’est peut-être ça le bon côté des choses. Je ne pouvais pas la poursuivre, alors elle ne s’est jamais enfuie.
Si Dieu façonne nos visages, a-t-il ri quand il a créé le mien?
Façonne-t-il des jambes qui ne marchent pas et des yeux qui ne voient pas?
A-t-il bouclé les cheveux sur ma tête jusqu’à ce qu’ils se rebellent sauvagement?
Clôt-il les oreilles du sourd pour le rendre dépendant?
Mon apparence est-elle un hasard ou un mauvais tour du destin?
S’il m’a façonnée, ai-je le droit de le détester pour tout ce que je n’aime pas chez moi?
Pour les défauts qui s’aggravent chaque fois que je me contemple dans un miroir?
Pour ma laideur, pour le mépris et pour la peur?
Nous sculpte-t-il pour son plaisir ou pour accomplir un dessein qui m’échappe?
Si Dieu façonne nos visages, a-t-il ri quand il a créé le mien?
L:a véritable beauté, celle qui ne s’efface pas, prend son temps. Elle résiste à la pression. Elle est incroyablement endurante. C’est la goutte lente qui fait la stalactite, le soulèvements de continents qui crée des montagnes, l’incessant martèlement des vagues qui fendille les écueils et arrondit leurs bords tranchants. De la violence, de la fureur et de l’intensité de la tempête, du rugissement des eaux naît le meilleur, qui n’aurait jamais existé sans ça.
fern et ambrose
Publicités

j’ai lu  » l’homme qui voulait être heureux » de laurent GOUNELLE

laurent gounelle

Résumé: Imaginez…
Vous êtes en vacances à Bali et, peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, au cas où…
Son diagnostic est formel: vous êtes en bonne santé, mais vous n’êtes pas heureux.
Porteur d’une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L’éclairage très particulier qu’il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l’aventure la plus captivante qui soit : celle de la découverte de soi. Les expériences dans lesquelles il vous conduit vont bouleverser votre vie, en vous donnant les clés d’une existence à la hauteur de vos rêves.

Capture d’écran 2014-10-22 à 11.13.16

Si vous ne renoncez à rien, vous vous abstenez de choisir. Et quand on s’abstient de choisir, on s’abstient de vivre la vie que l’on voudrait.

Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu es capable. C’est à toi de choisir et de vivre ta vie.

Le confort matériel n’apporte pas le bonheur ; en revanche, son absence peut parfois altérer, troubler le bonheur.

Ce n’est pas en disant aux gens ce qu’ils ont envie d’entendre qu’on les aide à évoluer.

C’est drôle, la vie, il y a parfois de toutes petites décisions qui ont des conséquences incroyables sur le cours de votre existence.
Ce roman change vraiment notre façon de voir les choses, il nous apprend a voir les choses autrement, à s’écouter et à comprendre les autres. Joli découverte!
sciencesque-sun-stroked

j’ai lu « ce qui nous lie » de Samantha BAILLY

samatha baillyRésumé: « J’ai longtemps voulu être unique. Mais qu’y a-t-il de plus rassurant que le semblable? » Alice a un don. Elle a la capacité de voir les liens entre les individus. Les attaches lui apparaissent sous forme de fils lumineux, qui tissent une cartographie des relations affectives. Impossible d’expliquer l’origine de ce phénomène. Manifestation surnaturelle? Hallucination ? La jeune femme a appris à vivre avec dans le plus grand secret. C’est alors qu’elle rencontre Raphaël, son nouveau manager. La voilà qui s’éprend du seul homme dont elle ne peut voir les liens… Je ne m’attendais pas du tout à cette histoire en attaquant ce livre! C’est un livre particulier sur la construction de soi, apprendre de ses erreurs, se reconstruire après avoir était anéantit. C’est un livre plein de poésie, de messages forts, de sous-entendus, de vérité et de force. Alice est une femme extrêmement forte mais elle ne le sais pas encore, les épreuves qu’elles traverse la font grandir, c’est intéressant de la voir évoluer de voir ses choix changer et de voir de quelle manière son « don » est présent sans mener la danse dans ce livre. Je m’attendais à du surnaturel et c’est tout en commençant ce livre et j’ai trouvé bien plus. Le surnaturel est en définitive très peu présent, la romance (qui est accessoirement le genre du livre!haha! beh je ne suis pas d’accord) est très peu présente aussi c’est un peu le fil conducteur, car les épreuves sentimentales vont la guider dans ces choix mais pour moi c’était beaucoup plus que ça! un beau roman sur la construction de soi, sur l’importance des liens que l’on tisse avec les autres, et l’importance des choix que l’on fait! Ce n’est pas un coup de coeur mais ça reste une belle petite découverte.

Capture d’écran 2014-10-22 à 11.13.16

La vie va de pair avec des blessures. Il faut simplement accepter cette éventualité et prendre conscience des situations dont on sort indemne.

On cherche simplement un équilibre entre un homme complètement soumis, sans subtilité, et un salaud manipulateur. Voilà tout.

Dans le monde quantique, une fois que deux choses sont entrées en relation, elles savent toujours ce qui arrive à l’autre. Même quand elles sont très éloignées, elles se comportent comme si elles étaient rassemblées.

et vous qu’en avez vous pensé?

IMG_4410

j’ai lu « dieu me déteste » de hollis SEAMON

Alors pourquoi ce livre? le tire m’a intrigué, je l’ai plusieurs fois eu dans les mains en librairie mais je n’ai jamais passée la caisse avec!

et puis un jour je vais voir les nouveautés de ma médiathèque de village qui me déprime car soyons clairs les nouveautés n’en sont pas. Mais là oh miracle « dieu me déteste »!… j’y est vu un signe forcément. Me voila donc repartie avec ce petit livre qu’il me tardait vraiment de découvrir! et puis le temps à passé et je l’ai oublié (je m’agace vraiment des fois!) bref oubli total jusqu’à hier… je fini samedi soir outlander j’hésite à enchainé avec le tome 2 et là gros spoil du résumé qui me déprime et puis je le vois lui 273 pages et le gros paver de 950 pages bref mon choix est fait lol!!!

Me voila donc lancé dans le récit de la vie de Richie!

IMG_4409

Résumé: Richard Casey va bientôt avoir 18 ans et malheureusement, il n’a pas sa vie devant lui. Personne ne sort vivant du service des soins palliatifs où il séjourne. Il est atteint du syndrome DMD, à savoir Dieu me déteste. Mais, le jeune homme a un moral d’acier et veut surtout profiter au maximum des derniers jours qui lui restent. Ce ne sont ni sa maman qui ne vit plus qu’à travers son fils, ni les infirmières, ni l’hôpital et ses règlements stricts, ni le fauteuil roulant, ni sa boule à zéro et ni la harpiste qui joue toute la journée dans le hall des mélodies à faire pleurer qui l’empêcheront de vivre. Tout simplement. Parce que Richard est tout de même un ado qui aime faire la fête, boire un petit coup et qui adore les filles. En particulier sa voisine, dans la chambre 302. La jeune et toute belle Sylvie. Condamnée elle aussi, à tout juste 15 ans. Ça tombe plutôt bien car c’est Halloween. Et oncle Phil a eu la superbe idée de venir rendre visite à son neveu. Richard ne saurait évidemment pas refuser une proposition pour aller faire un tour dans les rues de l’Hudson…

voilà le décor est planté oui ça parle encore de cancer, ça se passe dans un hôpital (mais pas seulement!), et aux soins palliatifs donc en gros pour ceux qui ont moins d’un mois à vivre. Super!

bref je suis contente d’avoir lu ce livre, ça a été une petite parenthèse sympathique, je l’ai lu en une journée donc c’est que j’avais envie de le finir (ou que je n’avais rien d’autre à faire… non je plaisante!…quoi que….)

En fait je crois que ce livre m’a laissé perplexe, c’est une histoire sympathique certes, les personnages sont touchants,oui, leur histoire est touchante oui… mais voila soit ça le fait, soit ça le fait pas beh pour ma part beh je sais pas. j’ai bien aimé mais c’était pas transcendant quoi!

En fait j’ai le sentiment d’être passé à côté de quelque chose! alors si ceux qui ont aimé ce livre pouvaient dans leur bonté d’âme m’éclairer…. je sais pas! d’accord y’a un beau message, mais je pense qu’il m’en fallait plus peut être! la fin beh elle m’a laissée sur ma faim! certes on allait pas non plus rentrer dans les détails mais voilà j’aurais aimé une petite étincelle, une petite citations pour clôturer cette triste histoire! un petit rebondissement, un truc…

mais après c’était une lecture sympathique c’est un « bon » livre c’est d’ailleurs ce qui est dit sur livraddict , preuve que je ne sui pas totalement à côté de mes pompes!…

dmd

j’ai lu OUTLANDER diana gabaldon 1-le chardon et le tartan

10509639_706122506128078_6363603775323319403_nRésumé:

1945. Claire Randall une infirmière anglaise qui a participé aux combats est en voyage en Ecosse avec son mari, histoire de se retrouver après leur séparation due à la guerre et se retrouve propulsée 200 ans en arrière après avoir touché un menhir réputé pour être le théâtre des rassemblements de fées. Échappant de justesse à un viol par un officier anglais ressemblant comme deux gouttes d’eau à son mari, Claire est sauvée par un écossais du clan Mackenzie ou elle est plus ou moins gardée contre son gré et où elle officie en tant que médecin-apothicaire. Elle y rencontre Jaimie qui devient son allié, son ami puis enfin son mari lorsqu’elle l’épouse pour échapper à une séance d’interrogatoire que les soldats anglais veulent lui faire subir car ils la soupçonnent d’être une espionne. Bien que mariée à cet homme qui l’aime et qu’elle commence à aimer, Claire cherche à rejoindre le menhir pour retourner dans son époque, auprès de son mari, qu’elle imagine fou d’inquiétude après sa disparition.
Alors tout d’abord pourquoi? Pourquoi je me suis lancée dans ce paver de 842 pages.
et beh tout simplement parce que c’est mon coup de coeur « série » du moment!!!!!!!!!
Une dizaine d’épisodes sont sortis et il va falloir que j’attende jusqu’en Mars de l’année prochaine pour la suite!!!hahaha! forcément ça motive!OUT-101_20131010_EM-0917.jpg
Je me suis donc lancée un peut perplexe dans l’aventure, la première moitié du roman m’a plue mais la série est vraiment très fidèle donc ça m’a plu de redécouvrir des scènes que j’avais oubliée mais il me tardé d’en arrivé au moment de suspens absolument insoutenable qui clôture le dixième épisode!!!!!!!
et une fois que j’y suis arrivé, je ne me suis plus arrêté de lire!!!! ce roman est une succession d’actions, de moments intenses, de moments très durs voire insoutenables (qui personnellement il ne me tarde pas tant que ça de les voir adaptés dans la série).
C’est ce que j’ai aimé dans ce roman, il est vrais, même si certains moments ne nous plaisent pas mais alors pas du tout, diana gabaldon n’a pas hésitait!
Ce roman est rempli de tendresse ( merci jamie), de beauté, il m’a fait rire, sourire, énormément râler et m’a même mis hors de moi! la trajectoire prise par le roman à certains moments était vraiment très dure! et j’avoue que je ne lisais plus que de biais, un oeil fermé et la bouche en rictus de dégout! mais c’est la je pense ce qui fait que ce roman est tellement passionnant et que l’on ne peut plus le lâcher!!!!outlander_starz_
S’en suit des moments tellement tendres et parfaits, des passages à surligner en encre d’or tellement ils m’ont plus et qu’ils sont touchants et vrais.
En résumé, si vous cherchez du nian nian, des clichés du romantisme ou autres scène barbapapa, passez votre chemin!
mais si vous cherchez une histoire vrais touchante, si vous souhaitez être transporté dans un monde « non merveilleux » mais tellement poignants et prenants, si vous recherchez un livre qui va vous tenir en haleine du début à la fin!
pour ma part bet « trouvé »!
un tome 2 est sortit, je me suis donc jetée dessus, il fait plus de 900 pages et est écrit un police de lilliputien donc j’hésite à enchainer ou à faire une pause pour essayer de vider ma PAL!
Surtout que la fin du tome 1 pourrait suffire à certains mais je me suis tellement attachée aux personnages que j’ai envie de savoir ce qui leur arrive
ATTENTION ne lisait pas le au dos du tome 2!!!!!! j’en aurait pleuré en le lisant SPOIL!!!!!!!!
voila en résumé beh « IMMENSE » coup de coeur!!!!!coup de coeur
CITATIONS:
– Un coup net, juste là, sous la gorge. Il faut frapper rapidement et profondément, ça demande un peu de force. Si tu préfères, tu peux me trancher la gorge, mais tu risques de salir les draps.
Je me penchais pour ramasser l’arme.
– Tu aurais l’air malin si je le faisais, pauvre cloche ! lâchais-je.
Je vis qu’il souriait sous son bras.
– Sassenach ?
– Quoi ?
– Je mourrais heureux.
outlander-trailer-starz-jamie-claire
– Tu es encore inquiète à son sujet ? Tu n’as pas à t’en faire, je te le jure. Je te protégerai, de lui et des autres. Jusqu’à mon dernier souffle, mo duinne.
– Mo duinne ? Interrogeai-je légèrement décontenancée par son ton soudain véhément.
Je ne tenais pas à le voir rendre son dernier souffle pour moi.
– Ça veut dire « ma brune ».
Il porta la boucle qu’il tenait jusqu’à ses lèvres et y déposa un baiser en me fixant du regard qui fit s’accélérer mon pouls.
– Ma brune,répéta-t-il doucement. Voilà longtemps, que j’avais envie de t’appeler ainsi.

J’ai lu deux petits pas sur le sable mouillé de anne dauphine julliand

anne dauphine julliand est une journaliste qui nous exprime dans son livre son courage et sa persévérance après la découverte de la maladie rare de sa fille.

Encore un témoignage sur une famille touchée par la maladie vous me direz, et bien oui… mais pas que…

Je me suis attachée à cette petite famille à leur façon de rendre chaque petits moments de joie précieux et irremplaçables. Thais est une petite fille tellement touchante qui transmet à ses parents des leçons de vie jours après jours.

oui c’est une belle leçon de vie, d’une famille qui aurait pu être anéantit après la triste nouvelle mais non la famille se renforce. le couple se soude et les réactions de Gaspart m’ont tellement touchées, bouleversées.

 « C’est pas grave la mort.
                                                      C’est triste mais c’est pas grave. » gaspart
ptits-pasRésumé:
L’histoire commence sur une plage, quand Anne-Dauphine remarque que sa petite fille marche d’un pas un peu hésitant, son pied pointant vers l’extérieur.
Après une série d’examens, les médecins découvrent que Thaïs est atteinte d’une maladie génétique orpheline. Elle vient de fêter ses deux ans et il ne lui reste plus que quelques mois à vivre. Alors l’auteur fait une promesse à sa fille : « Tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres petites filles, mais une vie dont tu pourras être fière. Et où tu ne manqueras jamais d’amour. »
Ce livre raconte l’histoire de cette promesse et la beauté de cet amour. Tout ce qu’un couple, une famille, des amis sont capables de mobiliser et de donner.
Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu’on ne peut ajouter de jours à la vie.
Pour faire court j’ai tout aimé dans ce livre!
Ca me fait bizarre de donner mon avis car on ne parle pas là d’un récit ou anne dauphine aurait eu à faire des choix littéraires pour des personnages qu’elle aurait inventé. NON la réalité déboule sans prévenir, sans fioritures, et c’est sa justesse et son authenticité qui fait que l’on s’attache tellement à cette famille, que l’on rit avec eux, que l’on pleure avec eux, que l’on espère et que l’on prie avec eux.
On a pas à donner son avis ou à critiquer, on a personne à tenir pour responsable si la fin ne nous convient pas car malheureusement
« le monde n’est pas une machine à exaucer les voeux. »john green.
J’ai été touché par les mots employés par anne dauphine julliand et il me tarde que la suite paresse en poche car le temps d’un weekend j’ai vraiment vécu avec cette famille, redoutant à chaque fin de page d’en entamer une autre et de me rapprocher inéluctablement de « la fin »….
et j’ai envie de continuer cette aventure certes éprouvante mais tellement enrichissante.
Linda lemay
Quand on perd ses parents, on s’appelle orphelin
Quand on perd son épouse, alors on s’appelle veuf
Quand on perd sa jeunesse, bien entendu, c’est vieux que l’on devient
Mais quand on perd son gamin, y a pas de motIl n’y a pas de nom pour décrire le père
Celui qui borde son garçon au cimetière
Jamais un seul poète, un seul pasteur, jamais un seul auteur
N’a eu assez de lettres pour tant de douleur

Quand on perd la raison, bien sûr on s’appelle fou
Et puis on s’appelle pauvre à perdre trop de sous
Quand on perd la mémoire, tout de suite on est qualifié d’amnésique
Mais y a des choses qu’aucun mot n’explique

On aura beau fouiller les plus vieux dictionnaires
Posséder le plus vaste des vocabulaires
Décortiquer Baudelaire, jusque sous terre,
Jusqu’à son dernier vers

Il n’y a pas de mot, pas de manière
D’appeler le parent d’un enfant qui n’est plus
Il n’y a pas de mot pour ça qui soit connu

Quand on perd ses parents, on s’appelle orphelin
Quand on perd son mari, alors on s’appelle veuve
Quand on perd son petit, c’est évident, il n’y a pas de mot

Pourtant y en a des mots qui nous émeuvent
Mais là, y en a aucun, y a vraiment rien à dire
On ne sait même plus trop si on a l’droit de vivre
Mais bon on vit quand même, on vit tout simplement pour n’pas crever
On rit pour n’pas pleurer des flots sans rive

Oui, on vit parce que lui, il n’pourra plus le faire
On vit parce qu’on s’dit que sans doute, il en serait fier

Quand on sauve un enfant, on s’appelle héros
Mais quand on en perd un, y a pas de mot
Pas de mot

j’ai lu le voyage de nina

J’ai lu très rapidement ce livre, qui est très facile à lire et très court. Je l’ai bien aimé, il m’a fait voyagé!!!

Ce n’est certes pas un coup de coeur mais je suis contente d’avoir découvert cette jolie histoire!!!

résumé:

C’est l’histoire de Nina, une jeune fille qui à la suite de la mort de ses parents va fuguer pour échapper à une vie qu’elle déteste et se retrouver sur un chemin d’aventures…

le voyage de nina